Edito

                                                                             Résilience !

 A l’heure où j’écris ces lignes, nous devrions être tous rassemblés à Bayonne pour notre Assemblée générale annuelle et la célébration, dans la joie et la fraternité d’armes, du 70ème anniversaire de la création de notre Fédération. Or aujourd’hui, chacun d’entre nous est confiné chez lui…et le chef de l’Etat lance l’opération « Résilience » !

Le COVID 19 qui a frappé notre pays, nous a surpris par la vitesse et l’ampleur de sa propagation. Nos dirigeants ont-ils suffisamment anticipé et respecté cette belle devise de notre métier « commander, c’est prévoir… » ? Il sera utile de faire un RETEX à l’issue de cette crise mais le moment n’est pas encore venu. L’heure est à la mobilisation et au respect des consignes !

Beaucoup ont employé le mot de « guerre » pour caractériser cette crise. Il ne me semble pas approprié. Si comme le dit Clausewitz « le « but premier » de la guerre est de « terrasser l’adversaire afin de le mettre hors d’état de résister », celle-ci est avant tout, « un acte de violence dont l’objet est de contraindre l’adversaire à se plier à notre volonté ».  C’est l’affrontement de deux volontés. Or le virus n’a pas de volonté à imposer.

Cette grave crise a ses soldats, magnifiques, ses blessés et ses morts, hélas, mais elle n’est en rien la levée en masse d’une nation à qui on demande, avant tout, d’être disciplinée mais passive.

Pour ne pas être passif, que pouvons-nous faire ?

D’abord, si le fonctionnement normal de l’Entraide para est perturbé par l’absence physique au Quartier Général Niel, notre bureau continue cependant à être au service de tous. Par Internet, nous pouvons continuer à traiter toutes les demandes de secours ; le télétravail est tout à fait adapté à nos modes de fonctionnement. N’hésitez donc pas à nous transmettre vos demandes. Vous pouvez également le faire par courrier car il est relevé toutes les semaines.

Il nous faut ensuite penser à nos Anciens, à nos veuves, souvent isolés. Puisque nous ne pouvons plus les voir, les visiter, nous pouvons les appeler, leur envoyer des mails, des SMS, voire des blagues puisque c’est la mode. Ils doivent toujours se sentir membres de notre réseau et de notre Grande famille.

Enfin, il faut penser à nos camarades d’active, en particulier ceux de la 11ème BP qui se préparent à partir massivement en OPEX, au Sahel, au Levant, en Afrique ou ailleurs, dans quelques semaines à l’issue de périodes de mise en condition opérationnelle très perturbées. Il convient d’avoir également une pensée pour nos parachutistes toujours déployés dans le cadre de l’

opération Sentinelle, laquelle pourrait être renforcée.

Il y a sans doute d’autres modes d’action possible pour ne pas rester « con…finé ». A nous de les imaginer !

Je vous souhaite Force et Courage et que Saint Michel nous protège !

                                                                                                                                                                                                                                 GDI (2S) Yves JACOPS

                                                                                                                                                                                                                       Président de l’Entraide Parachutiste